LIENS





Fishing-No-Limit compteur gratuit pour site

LIENS









Fishing-No-Limit
Fishing-No-Limit

Holé, viva Espagna


Delta Ebro Mars 2010,


Vus la réussite de notre session du delta Ebro 2009, nous avions directement programmé une nouvelle session pour ce début d’année.

Nous sommes le 12 mars 2010 et il est 6h du matin quand Johny vient à la maison pour le chargement de la camionnette et l’accrochage du bateau. Nous chargeons tous son matériel et nous embarquons les viviers, le remplissage d’eau nous a retardé considérablement car le tuyau d’arrosage était gelé !
il est 7h quand nous prenons la route, la fatigue ce fait ressentir directement car j’ai eu une dure semaine de travail de nuit vus que la neige et le gel sont venu jouer trouble fête avant notre départ.
Plein du véhicule au Luxembourg et direction de Chateaurenard pour une visite sympathique à l’atelier de Pilou13, nous traversons toute la France avec des paysages enneigés,




Il est 17h quand nous arrivons, Pilou13 et notre ami Billy nous attendent. Les minutes passent et même une bonne heure aussi car depuis Novembre nous nous n’étions plus vus.
Vers 18h30 direction Arles pour rejoindre Breton ou nous passerons la nuit avant de reprendre la route le lendemain matin vers l’Espagne. VSamedi, départ vers 7h30 pour la Jonquera ou nous ferons le plein de provision, stupeur quand nous voyons la couche de neige qu’il reste en Espagne !





Il est 13h30 quand nous arrivons devant le magasin de pêche et je remarque que une roue de la remorque du bateau est crevée, remplacement de la roue et nous nous abreuvons d’une bonne cervessa comme récompense en attendent que le magasin de pêche ouvre ces portes à 16h.
Nous repartons vers le gîte ou le propriétaire nous attend, nous décidons de ne pas nous précipiter et de bien tout ranger en préparent nos cannes et montages.

Dimanche, nous décidons d’aller directement sur les secteurs les plus productifs de l’année passée et nous ne sommes pas surpris de la puissance de l’eau car Guigui nous avait annoncé 950m3/sec et Jérôme P nous avait annoncé que l’Ebro était 2m plus haut que sont niveau normal !!!
Nous nous décourageons pas car nous sommes des nolimit ? , nous arrivons sur le poste qui avait été le plus productif l’année passée et au bout de trois passages, notre ami Breton crie toucheee, au bout de 5 min il met un beau fish de 1.70m au sec. En sachant que l’eau n’était qu’a 9c°, on ne croyaient pas à une touche si rapide,




Nous prospecterons divers postes toute la journée et c’est en fin d’après midi que nous touchons notre 4éme silures de la journée,
je pêchais au calamar et clonk quand ce silure est venus me faire une très grosse touche et oui ma première coupure à la main (whouaaa çà fait du bien ;-) ) de la saison mais ça en valait la peine pour un fish de 2m+ !
Photo et remise à l’eau, nous retournons au gite.





Grâce à une connexion wifi et au Iphone de Breton, nous pouvons nous tenir informé de la météo et des niveaux d’eau, ils annoncent du beau temps avec beaucoup de vent mais le niveau de l’eau en descente, le débit aussi donc rien que du bonheur.
Durant trois jours suivants, nous prospecterons des endroits qui nous étaient inconnus.





Malgré la splendeur des lieux, les résultats sont médiocres aussi bien en nombre qu’en grosseur, nous ne désespérons pas car le niveau de l’eau ainsi que le débit baisse chaque jour, le changement de temps aussi ne sais être que bénéfique.
Nous ratons quelques belles touches de gros silures, cassent, décrochagent ect…
Nous décidons de faire des montages plus lourds avec des hameçons disproportionnés, de la tresse de 100kg ect…

Vendredi était le jour ou ça passe ou ça casse, nous arrivons sur un lieu très connu des guides de pêche locaux et déjà deux bateaux sont à l’ancre avec des flotteurs et vifs. Nous décidons de faire quand même quelques dérives en début de fosse en essayant de pas trop gêner ces pêcheurs et de contrôler nos dérives avec le moteur électrique afin de passer entre ces deux bateaux. Le résultat est sans appel ; jhony ouvre la journée avec un beau bébé.





Suivi de breton,





Nous prenons 11 gros silures sur 5h de pêche avec deux triplé à bord, nous avons demander au pêcheur de venir nous faire une photo souvenir avec notre plus gros et Johny à pu converser en Allemand avec lui, c’est un habitué qui venait depuis 9 ans et il était capot depuis 5 jours avant de prendre son premier devant nous. N’empêche que ce sympathique pêcheur était fair-play car ils nous a félicité de notre démonstration de technique de pêche. Une journée mémorable qui restera gravée longtemps dans nos mémoires.



Le sourire et la joie ce voie sur notre visage !!!


Samedi est l’arrivée de Tintin Poteau et Patrick Peuplier (les deux miraculés de la saison 2009), nous décidons ce matin là de ne pas partir trop loin, les jours se suivent mais ne ce ressembles pas car nous prenons quelques poissons avec quand même quelques beaux silures de 1.80m, le clou de cette journée seras un beau doublé incroyable sur le même montage.




Nous rentrons fin d’après midi au gite et nous sommes heureux de revoir nos ami qui nous attendaient avec le verre de l’amitié. Le soir, notre cuistot de la session (breton) nous prépare un bon plat pour nous tous. Nous échangeons les infos récoltées lors de notre première semaine et nous nous mettons d’accord sur la destination du lendemain. Nous décidons à l’unanimité de retourner sur le poste ou nous avions fait la belle pêche de la veille.

Dimanche 9h du matin, nous mettons nos deux bateaux à l’eau et nous sommes impatients d’aller sur le poste, à peine arrivé nous déclenchons quelques touches et à chaque fois on crois que c’est un silure de 2m+, les silures de l’Ebro sont de vrais fou furieux, nous avions déjà pu remarquer lors de notre session 2009 qu’ils ont une puissances hors du commun, chaque fois qu’on en pique un on sais jamais ce prononcer sur sa longueur !!! Au cour de cette journée nous prendrons un total de 12 silures, les eaux ce réchauffes et nous sommes à une température de 11c° dans l’eau, le débit est devenus plus raisonnable avec 300m3/sec en descente constante.




Pour le lundi nous allons nous concentrer à la recherche des mammouths sur des secteurs très petits mais ou nous avons pris des big l’année passée. Nous naviguons ce jour là dans des fonds variant entre 1.20 et 22m,




Il faut savoir que la navigation dans le delta est très dangereuse car la rivière est dans son état naturel, les chenaux sont marqués par des bouées qui sont parfois presque invisibles car elles coulent sous la pression du courant, les plateaux d’herbier peux profond sont très stressant car on dois passer à fond ou alors on passe pas du au tirant d’eau et la faible profondeur.
Arrivée sur le premier poste, au bout de 30min toujours aucune touche et rien en vue sur l’éco sondeur, soudain j’aperçois deux échos, je vais sur le plus gros, touche direct et franche, je sens directement que c’est un mammouth, Breton remonte sa canne et ce met au commande du bateau car nous filons dans des remous de fou, breton contrôle et moi je tire comme un malade, nous apercevons le silure et je remarque que breton reprend ça canne en criant qu’il y en a un deuxième qui suis, le silure se présente plusieurs fois en surface avec son cousin et Breton doit ce résigner d’arrêter une deuxième fois sa pêche car le silure est bon à prendre et que nous filons droit dans un rocher, nous décidons de faire la manœuvre directement et de tracter ce silure vers le large avant d’aller nous fracasser sur ce joli roché.
On le monte le big silure à bord et c’est un beau bébé. Nous trouvons un endroit ou ce poser et pour faire quelques belles Photos.





30 min plus tard l’équipe Tintin et Patrick qui arrive et ils ne nous croyent pas de la prise que nous venons d’effectuer.
Nous changeons d’endroit et au bout de trente minute sans touche nous décidons de repartir sur un autre lieu et soudain je crois que je suis accroché juste avant de remonter ma canne mais ça tire anormalement et çà vas trop vite pour que ça sois le courant, je ferre et c’est bien un big fish, je l’ai tenus à peine deux min avant de le décrocher, pffff.
Tintin aura aussi la même touche sur le même poste 30min plus tard, il la tenu 15min, le tout filmés à la caméra par Patrick mais il la décroché aussi rrrrr.




Nous nous retrouvons un peu plus loin et nous cassons la croute ensemble,




On repart sur un endroit chaud ou nous avions eu une grosse casse quelques jours avant, cette fois nous nous sommes équipé pour pêcher la baleine, au bout de 10 min c’est la touche pour breton, je vois directement qu’il a un client très lourd et je décide de mettre le moteur essence en route car ce Caterpillar file droit à contre courant, après quelques minutes c’est une décroche et j’ai les jambes coupées autant que breton.
Nos amis intin et Patrick viennent faire quelques dérivent à nos cotés mais sans plus aucun résultat, nous décidons de repartir et de nous arrêté sur une petite fosse, nous pêchons lignes contre lignes et bateau contre bateau, nous déconnons et ont rigole comme des fous quand soudain je vois un gros éco, j’annonce le plus de deux mètres et quelques secondes plus tard c’est boum, la touche, le combat d’un gros fish commence, Patrick saute sur sa caméra et il ne manque pas de filmer une seconde, au bout d’un combat de titan ce big fish vient nous dire bonjour, breton nous le monte à bord d’une poigne de fer. Incroyable en sachant le vacarme de rigolade et de bordel que nous avons fait. Comme d’habitude nous immortalisons ce bon moment et nous décidons de mettre un terme à cette journée.





Mardi sera une journée découverte sur des secteurs que nous ne connaissions pas encore très bien. L’ endroit était vraiment bien propice pour la traque d’un gros,




C’est Johny qui s’emballe et c’est une grosse touche, le poisson à l’air très lourd, la guerre s’engage et Johny souffre « de plaisir », nous le voyons venir en surface et c’est encore un big. Nous le hissons à bord et nous allons tous sur un ponton pour faire une séance photo.






Au court de cette journée nous prendrons encore quelques poissons mais celui de Johny était le gros fish de la journée.

Mercredi, nous retournons sur l’endroit ou nous avions pris quelques beaux silures et c’est beaucoup moins chaud en touche, nous prenons quand même quelques beaux bébé ;-).





Nous décidons de remonter sur une fosse ou il y a 23 mètres, nous devons naviguer une dizaine de kilomètre, au bout de 30 min c’est un gros écho qui monte et descend deux fois je le leurre et c’est la grosse touche, je passe la canne à Breton et je me met au commande du bateau, ce fish est un vrais combattant digne d’un gladiateur, le combat dur et au bout d’un certain moment nous le voyons, il est énorme et c’est le plus gros qu’on a vus jusque maintenant, je le hisse à bord et c’est la joie, nous trouvons un ponton pas loin de là pour faire quelques super clichés et on profite pour casser la croute.






Nous décidons de redescendre et de retourner sur le poste du matin, Tintin avant nous et ils prennent quelques km d’avance car nous rangeons et nous nettoyons le bateau. Au bout de quelques minutes de navigation, nous voyons au loin nos ami qui étaient accosté au bord,
on ralenti et consternation quand on à vus qu’il avait une hélice en main!!!
Ils disent qu’ils ont touché un roché car ils naviguaient hors chenal et que quand ils l’ont vus et bien trop tard, c’était le choc avec hélice et axe du moteur plié.





Après changement de cette hélice, nous repartons et ça vas nettement moins bien mais ça navigue (c'est déjà pas mal après ce choc) et en plus pas de blessé donc tous vas bien !!!
Nous décidons de clôturer cette journée sur cette nouvelle mésaventure.

Jeudi, nous redescendons à la limite des eaux saumâtres et c’est un capot général sauf pour Patrick qui casse un poisson car la tresse était entourée dans les doigts d’une de ses mains, heureusement rien de grave malgré que Tintin croyait qu’il plaisantait.

Vendredi était notre dernier jour et nous avions décidé de mettre à l’eau sur un très petit secteur ou nous pouvions pêcher que quelques heures, ce qui nous arrangeaient parfaitement vus qu’après, nous avions prévus de nettoyer le matériel avant notre retour.
Nous voilà sur le secteur et après 30 min de pêche rien de rien sur l’échosondeur. Nous plaisantons breton et moi quand soudain c’est la touche pour breton, le poisson ne semble pas très lourd et breton lui met la pression extrême, le combat à duré 5 min maximum,
le poisson arrive en surface et c’est incroyable, on en reviens pas de voir que c’est un super big big fish, c’est le plus grand de la session,
je ne le rate pas et je le hisse à bord. Ce fish était très long (record d'Espagne pour le team!!!) et je suis sur qu’il ce demande encore ce qu’il lui est arrivé.







Nous revenons après avoir bien immortalisé ce silure et nous apercevons Tintin qui est en plein combat, malheureusement une minute après le silure est déjà en surface et il n’est pas bien gros.
Vers 14h, nous terminons cette session de pêche et nous rentrons au gîte pour ranger et nettoyer tous notre matériel.
Nous décidons de descendre le soir jusqu’au magasin de pêche pour récupérer des licences de pêche que nous avions commandé pour des copains et nous profitons pour clôturer cette session par un repas au restaurant.

Samedi matin c’est adios Espagna et retour vers Arles chez Breton ou nous attend Huguette avec un coucous digne des roi du désert,
Pilou13 viendra nous rejoindre pour partager nos récits et notre repas.

Le Dimanche matin vers 7h nous reprendrons notre longue route de 1000km pour rentrer chez nous en Belgique. Le voyage c’est passé sans aucun problème malgré que nous avons traversé toute la France sous la pluie, nous sommes arrivé à la maison vers 16h.

Résultat de cette session ; hélice pliée, axe support hélice plié, canne cassée, appareil photo à l’eau, pneu crevé, 350litres d’essence pour le bateau pour 53 poissons de sortis avec 70% de plus de 1.80m dont 7 silures de plus de 2m.
4200km de roulage au total dont 800 km sur place.

Je veux tous particulièrement dire un grand merci à Huguette (la maman de Breton) qui nous accueil toujours comme des rois,
je tiens aussi à remercier tous mes copains d’aventures et de galères (Johny, tintin, breton, Patrick),
un grand merci aussi pour notre cuistot personnel qui à mit la main à la casserole tous les jours (breton) pour nous cuisiner des plats succulents.

Vive la pêche et pourvu que ça dure.

@micalement, Philippe c.
Membre du groupe Fishingnolimit.

Fishing-No-Limit
© Fishing-No-Limit - 2009 - Tous droits réservés